Cocha

Qu’est-ce qu’il y a à faire à Cochabamba ? Me demande Guy.

Bah je n’en sais trop rien. C’est une ville comme d’autres, c’est pire peut-être. Des embouteillages de bus bariolés, des coups de clakson. Des marchés couverts suintants, grouillants, puants. Des mendiants, des enfants sales des vieux couchés sur les trottoirs. On croise des paysannes à jupe de velour, les jambes nues ou en bas de laine, le cul comme des cloches, au visage buriné par l’air des montagnes surmonté d’un chapeau melon. Le plastique rode partout en couleurs cliquantes. Le clinquant est de règle d’ailleurs, en contraste avec les regards timides, de l’habitude de baisser les yeux donnée de force. Mais aujourd’hui, le vacarme c’est celui de la fête. Des groupes de fanfares, de danseurs, des chapeaux de cowboy qui virevoltent, des jupes qui volent, des botes couvertes de grelots qui battent le bitume. Un orage a couvert le début du défilé, une eau en chute, en rivière, suivie de grêle à dénuder les arbres. Les fanfares allaient plier, se replier, mais à grand coups de sifflets, de harangue, les troupes se sont réformées sous les trombes. C’est là que j’ai pris cette image.

wpid-wp-1422742873014.jpeg

Et ensuite j’en ai pris plein d’autres, ils ont été des milliers à danser pendant près de trois heures

Auteur : denpodro

Not human but kind

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :