La vérité sur le mensonge

Mentir c’est ne pas dire la vérité.
Oui, mais qu’est ce que la vérité ?
La vérité des uns heurte les certitudes des autres, les lois de la physique changent. Les apparences trompent les juges et les justiciers.
Alors qu’opposer au mensonge ?
Parler c’est déjà mentir parce-que les mots mentent, ne sont pas assez précis et que la vérité qui n’existe pas change à chaque instant.
A défaut de vérité trop délicate parlons de sincérité. Après tout si on croit sincèrement dire la vérité, la plus grande partie du chemin est faite. Parce que ce qui est plus important que ce que l’on dit, c’est pourquoi on le dit. Pour exister, pour rassurer, pour amadouer, dominer, domestiquer, pour blesser.
La vérité et le mensonge jouent le même jeux. Et le ton compte autant que les mots et les mots autant que le sens.
Les mots mentent donc et inéluctablement, mais ils n’ont pas la même signification, la même éthique, suivant qu’ils sont dit pour rassurer un enfant ou pour manipuler une foule, parce-que c’est l’intention qui fait la différence.
Au contraire des mots qu’ils ne faut pas croire mais interpréter, les actes eux, quelle que soit l’intention qui les motive sont ce qu’ils font !
Gaffe dont à ce que vous dites et surtout à ce que vous faites.
Croyez moi 🙂

We need your help to end the War on Drugs

marihuana
Aujourd’hui, je force un peu la main à Eugene Jarecki pour qu’il vous offre ici son excellent reportage : The House I live in, grand prix du documentaire au festival de Sundance 2012
L’histoire de la prohibition des drogues, la pénalisation, l’économie légale et les traitements sociétaux.
Vous y trouverez des thèses dérangeantes et un travail d’investigation bien fait pour les appuyer.
Plize, faites un effort, jetez un regard et des neurones là dessus.

La France attaque la Bolivie

imbroglio Snowden, la Bolivie dans la ligne de mire. Honte à la France !
Cette nuit, la France a interdit le survol de son territoire à l’avion transportant Evo Morales sur le soupçon que Edouard Snowden était à bord.
La Bolivie a accepté de l’accueillir alors que les américains exercent une pression énorme pour qu’il soit livré au courroux populaire pour ses révélations. Le Brésil, l’Europe, et même la Chine et Moscou semblent se plier aux injonctions de Barack.
L’Équateur et la Bolivie seraient ils le dernier refuge contre la dictature ?
Sale temps pour la liberté.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer